09 août 2010

No risk no glory !!!

No risk no glory me disait un très bon ami.

Il s'agit bien de cela mes amis, aujourd'hui il y a un nouveau defi: englober l'ensemble de connaissances acquises en France pour arriver à élaborer des grands vins en Argentine.

Biensur je continue à collaborer avec les freres Brunier du Vieux Télégraphe et la Roquete.
En Argentine Rebelion Garage et d'autres projets je suis à Mendoza, le pays du vin, plus particulierement su une region appellée TUPUNGATO qui veut dire observateur des étoiles.

En ce moment ici c 'est l'époque de tailler la vigne.

A bientôt

Leo





01 mars 2010

De Châteaunuf du Pape vers l'Argentine...

Les choses sur Chateauneuf sont bien. Tout est soutiré, les vignes taillées, clients vus et fidelisés pour les commandes 2010.
Une autre étape nous attend: mois de mars et mois d'avril en Argentine pour vinifier les meilleurs malbec de la valle de UCO près du Mont TUPUNGATO dignes d'une grande REBELION.
Dans les prochains jours on vendangera les premières souches de malbec, on regardera chaque parcela et son état de maturité afin de réveler toute la puissance de notre terroir. C'est une histoire de sang et de trippes!
Le principal objectif est d'y élaborar des vins de terroir et non pas de vins de recettes. Vins de gastronomie plus ques des vins de dégustation. Vins dont la qualité finale se mesure par la noblesse des gestes effectués pour l'obtenir, voilà ma conviction.
Hasta pronto
Leo Borsi

16 février 2010

Clos de la REBELION, vendimias 2010...

Los primeros pasos de un 2010 del Clos de la Rebelión


Después de un gran verano atipico, altas temperaturas diurnas, altos niveles de luminosidad como asi también un gran deficif hidrico la viña ha ido erigiendo en sus uvas un perfil propio de estos lugares y estos tiempos.

En estos dias nuestro trabajo va a consistir en ir identificando los diferentes niveles de madurez en cada una de nuestras parcelas, por supuesto Rama Caida y Las Paredes seran las primeras. Tupungato también nos espera para comenzar a elaborar modelos de seriedad y fineza.
Cada parcela ira tomando parte de nuestro garage de vinificacion, poco a poco iremos traduciendo todo lo que estos terroirs tienen para contar. Obviamente, todo esto esta acompañado de la sensibilidad y nuestro politica de "approche y empirsmo".
El mes de marzo sera mas que importante para un 2010 de calidad superior que nos llevara sin duda a desplegar todos nuestros esfuerzos en la elaboracion de un GRAN CLOS de la REBELION.
A todos mis amigos y clientes.......
Salud por un gran 2010!
Leo Borsi

19 janvier 2010

UN 2010 LLENO DE PROYECTOS


Muchos proyectos e ideas para este 2010
te deseamos un feliz año!!!
Leo Borsi
Posted by Picasa

14 janvier 2010

EVOLUTION DE VINOS DE GARAGE

Cela fait quelques jours que je viens de lire une reflexion sur les vins de garage
Mark Squire's Bulletin Board, http://www.erobertparker.com/)

je voudrais partager ce texte avec vous:

"As someone who launched or co-launched many of the garage wines of the Right Bank including 1992 Valandraud, 1994 Lusseau, 1995 La Gomerie, 1997 Gracia, 2001 Lucia, 2009 REBELION, etc., I am pained by the apparent disdain these wines now seem to engender, particularly among English critics. And I fear that their criticism is increasingly being emulated by many in the States.Doing the malolactic in barrel is only one minute contribution that has been made by the serious "garagistes". Their first and foremost efforts have been in their vineyards where they were among the first to institute such practices as desuckering, debudding, deleafing, and green harvesting.


They were also among the first to dramatically lower their crop levels!Techniques - not technology - in the vineyards were followed by a change in mentality in the garagistes' cellars: serious sorting of the fruit - harvested into small plastic lugs so as to avoid bruising and premature oxidation - became the rule in all of the garagistes' wineries. Sorting before and after destemming did as well. Pre-fermentation, cold macerations, cap punching and fermentation in smaller, often oak, tanks was also first seen in the cellars of the garagistes. Minimal handling of the wine, use of gravity flow whereever possible, and yes, malo in new barrels, "sur lies" aging and bottling unfined and/or unfiltered also first saw the light of day in many of the garagistes' cellars.
The garage wines may be expensive (compared to what?) but one can certainly and more persuasively argue that the cost to produce them is FAR higher than it is in many of the much larger properties where these practices are not or have only recently come into partial use.Clearly, the post-911 period, the war in Irak, and the damned Euro have all taken a heavy toll on consumers' ability and/or willingness to spend a lot on ANY wine, let alone garage wines. But I think we can only commend the garagistes for their own work and for the fact that they have shaken the very foundations of Bordeaux, forcing all serious but often much larger-scale growers to vastly improve the quality of their own wines over the last five to ten years. All of Bordeaux - and by extension, Bordeaux lovers - have benefitted by and from the garage wine movement.
Unfortunately, there are many reactionary winery owners and critics who would be only so content to go back (to exactly WHEN is never clear) when with a lot less effort expended in the vineyards and in the cellars, many châteaux were able to sell their wines with relative ease, especially when they bore the magic words, "grand cru classé" on their labels. Finally, one must doff one's cap to Gérard Perse and his unending efforts to produce the best wines his different "terroirs" will allow him to. It is true that he has emulated many of the garagiste's techniques, albeit on a larger scale (his yields remain as low or lower than most of the garagistes, however).
He has also made a couple of garage wines himself: first, there was the now disappeared La Clusière, and second, there is now Bellevue-Mondotte.So, let us not be swayed by those who would relegate the garagistes to some mode gone out of fashion. Rather, let's all hope for a much weaker Euro!"
Jeffrey M. Davies

11 janvier 2010

FAIRE DES VINS D' IDENTITE


A quoi bon faire des vins différents? Pourquoi ne pas faire, tout simplement « un bon vin » qui « plaise aux gens » ? Quelle est la différence entre un vin de qualité et un grand vin ? Qu’est-ce qu’un vin représente ou doit représenter au delà du simple « plaisir » qu’on prend à le boire ?

Ce sont quelques unes de milliards de questions qu’on se pose ou qu’un œnologue se pose lorsqu’il fait du vin.

Personnellement, j’adore marcher dans les vignes, être dans les vignes de façon à pouvoir effectuer chaque tâche moi-même. De façon à « guider » et je dis « guider » et non pas « maîtriser » l’expression des souches. Guider cette relation très étroite qu’il y a entre le sol, le cépage, la météo. Pour cela chaque jour il faut être dans les vignes. Observer les sols, leurs couleurs et leurs odeurs, ainsi que leurs « vies » intérieures. Observer comment les vignes réagissent face aux pluies, à la pression atmosphérique, à la lumière et le soleil, aux vents….

Regarder de près comment au fur-et- à mesure que les rameaux, d’abord herbacés puis lignifiés, se développent pour laisser apparaitre la future récolte : d’abord sous la forme d’une inflorescence puis d’une infrutescence mûre et mature à nos yeux. De cette grappe évoluant sous ces conditions uniques nous tirerons un vin avec des caractéristiques (à la fois physico-chimiques et qualitatives) que seule cette parcelle peut avoir au travers d’une technique de « transformation »donnée.

Mais quelle méthode de vinification utiliser ? Quelle est la meilleure méthode ?

Pour moi c'est qu'importe ce n’est pas la recette mais c’est qui est vraiment important est que chaque geste ait comme seul objectif la révélation du grand potentiel, qui sera ce petit détail de finesse, complexité et puissance qu’one ne trouvera nul par ailleurs et qui avec le temps deviendra notre caractéristique typique ou identité.

Ce sera le « tampon » identitaire qui me différencie d’un vin fait rapidement et sans âme. Ce sera ce petit détail qui fera que vous aurez envie de venir déguster mon vin ! Car il est fait ici dans la terre par la terre ! En le dégustant vous vous rappellerez de moi et de l’endroit où vous m’avez connu et cette empreinte ne vous perdra jamais. Alors vous serez meilleur parce que vous connaitrez un petit bout de terre. Voilà pourquoi j’ai faire des vins avec Identité.

Leo Borsi
Garagiste Winemaker







11 avril 2009

Terroir vs Winemaker

photo: appellationamerica.com
C'est peut être la bataille la plus difficile pour nous, les jeunes oenologues.
Terroir vs winemaker. Winemaker vs terroir!!!!!
D'un côté toutes ces théories acquises et apprises à l'école au cours des années:
La maîtrise des différents paramètres afin d'élaborer un vin de haute qualité.
Et la qualité selon ce que l'on nous a appris c'est Plus ou monis de couleur, de tanins, d'aromes........ obtenus une bonne maturité technologique associée à une maturité phénolique où l'extractibilité de tanins de pépins est à son plus bas niveau, une bonne copigmentation, une très bonne polymérisation des tanins, une stabilisation des anthocyanes avec les proanthocianydines....... souvent obtenu par un précis contrôle thermique avec des profils exponentiels, final à chaud ou pre fermentaire à froid..... pigeages, delestages, remontage, enzimages, microoxygénation, barriques ou l'utilistion des copeaux, ou encore des cubes ou douelles...... Collages, filtrations et encore des filtrations pour ne pas courrir des risques microbiologiques, sans oubliers des sulfitages à des doses "sans risque"..... Vins obtenus de x hls par ci, x hls par là, additionnant en peu d'acide par ci, un peu de.... par là.
De l'autre côté: La connaissance des différentes parcelles, connaissances plutot agronomiques, texture et structure du sol, pourcentage de matière organique, porcentage de calcaire actif qui feront qu'un sol peut être drainat ou non, permettant ainsi à la vigne une alimentation hydrique et minérale plus ou moins convenable. Connaissances physiologiques, vigeur propre et conférée, croissance et développement végétatif, développement et ressistance à des maladies criptogamiques, devenir des bourgeons, rameaux et entre coeurs, conditions de floraison et de nouaison. suivi de la maturité optimale et de la récolte au moment précis.
A ces connaissances s'ajoutent touts ces années d'expérience qui feront que chaque parcelle sera vinifiée d'une façonne et non pas d'une autre. Toutes ces années à avoir essayé.... ce quelque chose qui fait que cette année on va récoltér 3 jours plus tard que l'année dernière. Ce quelque chose qui amenera la proffondeur, la complexité et l'identité.
A chacun de prendre partie.
Pour ceux qui préfèrent mettre en valeur expérience ou la renommée de leurs oenologues le business est clair et c'est juste cette politique de winemaker qui fera valoriser leurs vins. A condition que ce "conseiller"travaille coude à coude avec le propritaire pour faire le vin d'origine et de character.
Pour les autres, pour qui c'est la parcelle qui fait le vin ou encore le vieilles vignes.... les affaires marchent aussi bien. Ils mettent toutes les energies à expliquer aux clients le pourquoi d'un bon vin.
Moi, je crois simplement que le winemaker doit faire partie du terroir. A condition qu'il prenne le temps de voir et revoir pour comprendre et toucher du doigt toutes ses vignes, ces parcelles, ces raisins, ces vins..... A condition qu'il comprenne qu'il est juste une étape. Que l'objectif ce n'est pas le remontage ou le pigeage mais le vin fini. Pour moi, oenologue de formation mais vigneron dans le coeur, je passe mon temps à regarder et sentir chaque chose, chaque geste, chaque parcelle. Et parfois je trouve que chaque oenologue devrait passer plus de temps dans les vignes. J'aime m'agenouiller pour sentir l'odeur de chaque cuve, chaque foudre. J'adore lorsqu'on on est dans les vignes, je peux observer les vignes se déployer et se développer. J'aime ses allée et venues losqu'on taille, malgré le froid, je sais qu'on est en train de construire le millésime. Malgré la fatigue et l'envie d'arriver au bout du rang. J'aime ces allées et venues lorsqu'on ébourgeonne on contribu à la qualité....
Chaque grappe coupée, chaque remontage, chaque pigeage, la couleur passe par entre mes doigts et malgré toute la chimie apprise à la fac ou au lycée je sens qu'il ya autre chose... Il y a d'autres facteurs ........ Il y a le toucher!!!! et ça on ne me l'a jamais appris......
Leo

Don't cry for me Vitis vinifera

La période de Dormance est terminée, on sort de la post dormance. La température des sols augmente progresivement. Tout le cycle végétatif se prépare pour le grand départ. C'est la base de 10°C qui permet tout cela. La reprise de cette activité se traduit par des fines et délicates larmes. On dit que la vigne "pleure". La sève brute monte pour être élaborée par tout le complèxe photosynthétique des organes verts (feuilles, et autres...). Son parcours commence dans les racines jusqu'aux bourgeons épargnées par le vigneron. Ces bourgeons contiennent les futurs rameaux (véritable succession de mérithales). C'est l'apparition des feuilles (pointe verte) qui va marquer le debut du cycle.

C'est le moment de se soucier de la future récolte. On essaira d'adapter la charge à la vigeur( nous disait Jean Claude Fournioux dans ces innombrables cours de BPV). c'est un moment très important que le vigneron respecte.. On essaie de sentir ce qui se passe dans les parcelles et ce n'est pas facile. Mais comme tout, le temps donne à toute personne motivée la clairvoyaence pour essimiler ce magniphique precessus.

Leo Borsi
Chateauneuf-du-Pape - FRANCE



07 avril 2009

Un Bon Oenologue



Selon A. Mendoza
Photo: Vignobles Brunier

Un bon oenologue doit être un assemblage de:


20% romantique, art, sensibilité et passion ;
30% discipline ordre planification humilité ;
40% éthique professionnel, connaissance, management, pro activité, esprit critique, enseignant;
10% une touche de gourmand, bon vivant et sympathie.


C’est le chef d’orchestre d’une symphonie chimique naturelle pour le plaisir sensoriel des œnophiles et consommateurs.


Les femmes et hommes œnologues sont des êtres passionnés, avec une touche d’artistes et une grande dose professionnalisme et de gestion, qui organisent les personnes pour participer dans la chaine productive du vin à partir du vignoble.


Ils sont les protagonistes plus crédibles devant le consommateur. Ils sont les responsables directs de l’origine et l’agréable du vin issu directement des raisins sans additifs chimiques et coût efficients.

05 avril 2009

Vendanges 2009 à MENDOZA


Après tout ce temps les vendanges ont commencés à Mendoza. Le millésime apparait comme assez généreux, des richesses en sucres très impressionnates.
Cabernet, Syrah ou Pinot, le meilleure reste le Malbec, comme d'habitude...... On dirais que c'est définitive cette histoire entre le malbec et les argentins.....
Hereusement, on était fatigué de déguster des vins copiés et sans identité.
Bravo Malbec!!!
Salud



09 janvier 2009

Voyage au nord de l'Argentine JUJUY

Visite de la reserve PUCARA
Cactus du nord du pays

Visite de PURMAMARCA y el La Montagne des 7 couleurs




Vue du village

25 avril 2008

Les argentins à l´étranger: a la recherche d´une opportunité

Plusieurs milliers d´argentins résident de façon permanente à l´étranger. Ils se sont formés en Argentine mais ils ont décidé de s´expatrier en emportant leur talent. Des scientifiques, des sportifs et des professionnels de toute catégorie trouvèrent aux Etats-Unis et dans diverses parties du globe des opportunités qu´ils ne trouvèrent pas dans leur pays...


Parmi les motifs les plus concrets de cette émigration, on retrouve le chômage, le manque d´appui pour la recherche scientifique et pour les sportifs, l´instabilité politique et économique et l´absence de possibilités en général.

Hors d´Argentine, cela peut surprendre de voir que la capacité de ces argentins ait pu être exportée pour trouver un meilleur avenir. D´un côté ou de l´autre de la frontière dans tous les cas, il reste un goût amer: ceux qui se sont fatigués d´essayer d´avancer sans pouvoir réussir, et ceux qui sont restés pour prouver que beaucoup de fois, la majorité des hommes et des femmes d´Argentine de grande valeur furent et seront toujours annulés dans leur talent. Mais si actuellementon remarque une nette émigration de professionnels argentins, cela n´a été toujours ainsi. Tout au contraire, il y eu des époques où l´Argentine fut l´hôte de scientifiques de technologistes, de médecins et de professeurs universitaires étrangers qui arrivèrent avec les grands courants migratoires de la fin du XIXè siècle et du début du XXè.


Dans les années qui suivirent et jusqu´en 1960, la croissance des universités nationales, la création de nombreuses grandes écoles à l´intérieur du pays et le développement de la recherche scientifique en fonction des demandes des entreprises, des institutions et du pays en général renforcèrent la structure intellectuelle du pays.

L´epoque de la faillite

La situation change complètement autour de 1966 avec le début d´un gouvernement militaire du Général Carlos Ongania et son intervention à l´Université de Buenos Aires, épisode connu comme "la noche de los bastones" (la nuit des bâtons). Pour de nombreux étudiants, ce fut le point historique qui initia la tendance migratoire, en particulier pour les intellectuels et les scientifiques, qui persiste de nos jours. Les coups d´état, les dictatures et les idéologies errantes des gouvernements démocratiques qui succedèrent déterminèrent l´exil de beaucoup d´argentins pour des raisons politiques.


Avec la récupération du gouvernement démocratique, on mit en pratique, bien que timidement, des politiques propitiatoires pour le retour des talents qui eurent peu de succès: la quantité de rapatriés fut faible, et le phénomène que l´on connaît populairement comme la fugue de cerveaux continue; dix-sept ans de démocratie qui ne purent changer la situation.


Les argentins expatriés dans les années 1960 à 1970 préférèrent résider aux Etats-Unis et en Europe Occidentale. Plus tard, les destins inclurent des pays comme le Vénénezuela, le Brésil, le Mexique, le Canada, la France, Israël, et l´Australie.


Réussir leurs objectifs à l´étranger ne fut pas si facile pour les argentins. Des politiques de restriction chaque fois plus rigoureuse pour l´émigration déterminèrent dans beaucoup de cas, que la réussite de l´établissement ne fut possible que pour les meilleurs: universitaires, professeurs, docteurs, et des investisseurs. De cette façon, les pays récepteurs augmentent leur capital intellectuel sans y investir.


Pour les mêmes raisons, plusieurs analystes comprennent que ce phénomène représente pour l´Argentine une perte irréparable de ressources humaines. D´autres conçoivent que les argentins qui vivent à l´étranger accomplissent de même un rôle important en tant qu´ambassadeurs de notre culture et de notre façon d´être.


Mentalités "for export"


Parmi les argentins connus et les prestigieux, qui habitèrent à l'étranger, nous pouvons citer le Dr. César Milstein, Prix Nobel de Médicine 1984. Nombreux sont parmi les scientifiques connus et méconnus à l´étranger.


Pour maintenir les liens entre ces talents et le pays, sur une initiative privée, on a crée différentes associations de professionnels. L´une d´entre elles est "la red Crear" (Réunion de scientifiques, techniciens et professionnels argentins) fondée en 1999 avec l´objectif de contacter les chercheurs et les professionnels argentins à l´étranger avec la communauté scientifique locale à travers Internet. Le résultat fut un succès, ce qui démontre la volonté de chaque partie de maintenir un lien. Avec des objectifs similaires on créa ANACITEC (Association Argentine – Américaine pour le développement de la science) Elle fut fondée en 1985 par un groupe d´argentins résidant aux Etats-Unis, où se trouve la maison mère. ANACITEC fonda aussi une base donnée, PROAR qui fonctionne comme directoire de professionnels argentins résidant dans différentes parties du monde.


Le monde du sport

Historiquement, l´Argentine exporte des joueurs de football. Cependant, avec le temps, la tendance de l´exportation des sportifs s´étendit à toutes les disciplines. Pour certaines raisons, de divers secteurs, la direction de l´état et la direction privée, l´opinion publique et souvent la société en général attendent qu´ils entraînent et se dédient avec acharnement et responsabilité, même qu´ils ne reçoivent ni récompense ni appui économique.
Les faiblesses de ce modèle se font évidentes à chaque édition des jeux olympiques: les représentants argentins ne comptent sur l ´appui nécessaire, attendu et mérité. En revanche, la possibilité de faire carrière et de vivre de revenus que le sport peut rapporter à l´étranger, séduit plus d´un: non seulement les joueurs de basket les plus connus abandonnent le pays, sinon que des joueurs de deuxième et troisième niveau reçoivent aussi des offres diverses. Environ quarante joueurs de basket professionnel joue aujourd´hui à l´étranger dans sa majorité en Europe. Dans diverses intensités, en quantité et qualité, des phénomènes semblables peuvent être observés dans des spécialités comme le rugby, le tennis, le yachting, le cyclisme ou l´athlétisme, pour ne citer que quelques uns.Cependant, ce phénomène n´est pas exclusif à l´Argentine.
La fugue de cerveaux est une préoccupation de diverses parties du globe, également en Europe, bien que les motifs puissent être différents. En Amérique Latine, par contre, il est courant que les nouvelles générations de talents, émigrent pour tenter leurs chances ailleurs. Certains le font pour obtenir de meilleures offres d´emplois, et de l´étranger beaucoup de convertissent comme le soutien économique de la famille qui reste dans le pays d´origine.
Source: La Nacion et sources propres

10 avril 2008

La Syrah




Origine




De Syracuse en Sicile ? Peut-être, si l’on songe que l’orthographe syrac fait partie des synonymes connus. De Shiraz, en Iran ? La légende complète cette possibilité en précisant qu’elle aurait été rapportée du golfe persique au XIIIe siècle, à l’époque des croisades par le chevalier de Sterimberg, celui qui s’est retiré sur le côteau de l’Hermitage. C’est en tout cas de là que provient le synonyme d’Hermitage rouge.


Dernière hypothèse : elle aurait été introduite en France au IIIe siècle, à l’époque où l’empereur Probus a autorisé les plantations de vignes en Gaule. Mais cela n’empêcherait ni une origine sicilienne, ni une origine persanne. Quoi qu’il en soit, personne ne conteste le fait que la syrah possède indéniablement des origines méridionales. On en veut pour preuve son extraordinaire développement dans tous les vignobles chauds de la planète.





Définition


La feuille de syrah, orbiculaire (ronde), est ondulée, tourmentée. Les cinq lobes sont moyennement marqués. La surface inférieure du limbe est duveteuse. Les grappes sont cylindriques et assez longues, souvent ailées. Parfois lâches, parfois compactes, elles sont formées de baies ovoïdes, d’un noir bleuté, généralement couvertes d’une pruine assez abondante.



Le cépage Syrah est le raisin principal dans la partie nord du Rhône tout en se développant sur les autres vignobles du sud de la France. Il apprécie les sols pauvres et les climats chauds.
On lui doit les grands Côtes du Rhône tels Côte-Rôtie, ou Hermitage et également les vins du Languedoc Roussillon. La Syrah s'est parfaitement acclimatée en Californie, en Australie ou en Afrique du Sud.



Vin & Arômes


Framboise, poivre, réglisse, violette
Sa robe est toujours d’un rouge pourpre tirant sur l’encre. Le nez est puissant, marqué par les baies noires et les épices. Poivre, coriandre, girofle s’y disputent la vedette, voire même la violette. Toutes ces caractéristiques se retrouvent en bouche. Le vin est tannique, souvent ample et corsé.



Gastronomie


Il accompagne toutes les viandes rouges, surtout les plus corsées. Ses notes épicées se marient parfaitement avec le gibier et les fromages goûteux.
TerroirsChâteauneuf du Pape, Côte Rôtie, Hermitage, Côteaux du Languedoc, Côtes de Provence, etc

16 octobre 2007

Vinifications des Chateauneuf du Pape 2007: la finesse!!!

Après une année complète passée à soigner les vins de 2006 il très excitant de retrouver les vendanges. Surtout de se retrouver dans chaque parcelle de vigne afin de caractériser la maturité et définir la prochaine date de vendange.

Par où commence t on?

Par le début! Nous avons regardé de près toutes les parcelles. Dès la fin du mois d'août les syrahs étaient magnifiques.


Grenaches complexes

Vu la météo, nous avons fait parfait! Nous n'avions qu'à attendre la complexité et l'équilibre grâce à une météo presque parfaite. Malgré le peu d'eau les Grenaches étaient bien mûrs!!


Mourvèdres jolis

Toujours un peu plus tardifs, ces mourvèdres étaient très épicés et concentrés.

Pour que chaque cuve compte!!

Je l'ai toujours dit, chaque geste compte! Chaque cuve, chaque remontage ou pigeage, chaque jours passé, je regarde de près mes températures et mes cuves. Il est très important d'être en contact avec tout ça.

Il faut sentir les choses !! A la dégustation la structure de chaque cuve évolue d'une façon différente et extraordinaire.

Après les macerations les décuvages et les pre assemblages!!

Il s'agit de bien lier la puissance avec la fraîcheur et la finesse ainsi que la mineralité et le fruit.

A bientôt

Leo Borsi

04 avril 2007

Travailler à Chateauneuf du Pape: défi et plaisir

Travailler à Chateauneuf du Pape !!!

Aujourd'hui j'ai pour mission de m'occuper des caves de la famille Brunier. Le Vieux Télégraphe et La Roquète (Châteauneuf-du-Pape). Les Pallières (Gigondas). Chaque jour est pour moi un jour nouveau! Que faire pour préserver ce gros potentiel ?

Des responsabilités engageantes et valorisantes font que chaque jour est un défi. La course de la qualité et de la précision. Chaque geste, chaque décision, chaque pensée ont un seul but: la réussite.

Quels terroirs à Chateauneuf ?

Vinifier des vieux Grenaches issus des vieux plateaux de la Crau (Vieux Télégraphe) près du village de Châteauneuf-du-Pape ou de Pieds Long (Domaine La Roquète) près de Courtézon veut dire un gros potentiel en terme de matière première. Des TAV élevés, des acidités plutôt moyennes, des richesses en tanins et anthocyanes en fonction de l'état de maturité du raisin, mais le plus souvent des couleurs assez sensibles.

Des vignes...

Pour la plupart, les vignes sont conduites en gobelet typique chateaunovois. Entre 3000 et 5000 pieds/ha. Le gobelet permet, à la fois, une grande résistance au vent (Mistral) ainsi qu'une protection des grappes vis-à-vis du soleil.
Les galets roulés typiques des plateaux permettent une dynamique thermique des plus intéressantes au monde.

Quelle technique de vinification?

Personnellement j'aime beaucoup la finesse et la minéralité des vieux grenaches. Il ne peut pas y avoir "un" schéma type de vinification. Chaque année est différente, chaque jour de vendange est un nouveau jour. Il faut adapter la technologie et les connaissances techniques ainsi que l'expérience au profit d'une qualité irréprochable. Après il existe des paramètres sur lesquels on pourra jouer: durée de cuvaison, cinétique thermique fermentaire, remontage, délestage ou pigeage, FML ou pas, élevage sous bois (barrique, demi muid ou foudre) autant d'éléments que nous disposons pour faire transparaître des caractéristiques d'un terroir.

Et après?

Lorsque vous êtes arrivé jusqu'à ce point là, vous aurez fais déjà pal mal. Par la suite il s'agit de préserver ce potentiel qualitatif. Un élevage adéquat et soigné, des techniques de soutirage et d'affinage fera de ce grenache un ces vins des plus riches et complexes.

Ce que j'aime en ce moment!

Le Vieux Télégraphe 2001 ou un Roquète 2000 constituent des vins très prometteurs en ce moment.
Léo Borsi
Oenologue-Maître de Chai

15 décembre 2006

Le Chef de Cave: le seigneur des tonneaux...

Une responsabilité très large
Le chef de cave a pour mission première de veiller sur les tonneaux tout au long de l’année. Sa mission consiste à s’assurer que ceux-ci sont en bon état, aptes à recevoir les vins : il vérifie ainsi régulièrement leur état. Mais le chef de cave intervient également sur l'élevage en lui-même : à lui de voir quand le vin doit être soutiré, lorsque son boisé est optimum, ou quand il convient de le changer de fût. Sa mission se poursuit également pour le collage, le batonnage pour les vins blancs, ou encore la mise en bouteille.
Une attention de toute l’année
L’activité du chef de cave ne faiblit pas au long de l’année : juste avant l'entonnage des vins nouveaux, il a pour mission de bien préparer les fûts. Il intervient ensuite dans le batonnage des vins blancs, qui peut suivre l’entonnage, puis surveille avec l’œnologue les différentes étapes de la fermentation malolactique. Immédiatement après cette fermentation, le chef de cave peut procéder à des soutirages, lorsque les vins n’ont plus à gagner sous bois. Tout au long de l’année, le chef de cave surveille également le degré d’hygrométrie de la cave, entretient les fûts et surveille le vieillissement du vin.
Le sens de l’harmonie
Le chef de cave intervient dans la création de l’harmonie de chaque vin, en choisissant la répartition des fûts neufs et des fûts dits « d'un » vin ou de « deux » vins, afin de mieux équilibrer les tannins du vin et son assouplissement. Cette intervention explique quelques nuances d'une pièce à une autre en dégustation.

L'oenologue: un savant aux pouvoirs magiques...

L’œnologue, c’est le magicien qui transforme le raisin en vin…
Découverte d’une profession unique.

Une formation scientifique
L’œnologie est une science, qui obéit à des règles bien particulières, impliquant la compréhension des différents phénomènes physico-chimiques.Le diplôme national d’œnologue, obtenu à bac +4, sanctionne des études scientifiques.
Il correspond à une formation en deux ans menée après un bac S (obligatoire) suivi soit d'un B.T.S., soit d'un D.U.T., soit d'un D.E.U.G.. Il est possible d’exercer immédiatement après l'obtention du diplôme.
Une présence tout au long de la chaîne
L'œnologue intervient à toutes les étapes de la chaîne d’élaboration du vin, même si son cœur de métier demeure la vinification et l’élevage. De la sélection de la vigne aux conseils aux consommateurs, de l’assemblage à la dégustation, son métier englobe tous les aspects de la vie du vin.
Un métier en évolution
Au cours des dernières années, l’évolution du métier d’œnologue a été caractérisée par un retour vers la vigne. Alors que le métier d'œnologue était autrefois davantage tourné vers le laboratoire, il s'est progressivement intéressé à la vinification et à l'élevage.Aujourd’hui, le lien entre la qualité du vin et celle du raisin apparaît de plus en plus. C'est donc tout naturellement vers ces nouveaux domaines qu'évolue le métier d'œnologue.
Perspectives d’avenir
La fonction de communication de l’œnologue se développe de plus en plus, en partenariat notamment avec les commerciaux et les sommeliers. Elle vise à faire découvrir terroirs et vins aux clients selon leurs goûts et leurs besoins.
Source: www.boisset.com

02 octobre 2006

Vers des nouvelles aventures...




Oui!!!!!!!!!!!!!!!! Vers des nouvelles Aventures.

Après une année passée à voyager, visiter et déguster des supers vins autour du monde afin d'accomplir la mission que Jean Marie Rousseau m'avait demandé, j'ai décidé de rejoindre l'équipe des Vignobles Brunier.

Cette famille, vigneronne depuis quatre générations, possède trois domaines en France (Le Vieux Télégraphe, La Roquète et les Palières, tous autour de Chateauneuf-du-Pape) et Massaya au Liban.

Ma tâche sera d'y remplacer le maître de chais actuel tout en apportant quelques petits détails personnels aux vignes et au relationnel.
Pour l'instant nous ne sommes qu'au début: les vendanges.

Photo:www.vignoblesbrunier.fr/

07 août 2006

Voyage en Amérique du Sud



APRES QUELQUE TEMPS DE TRAVAIL LES VACANCES SONT MERITEES. C'EST L'ARGENTINE ET LE CHILI QUE JE VISITERAI.

VIGNES CAVES VINS EN HIVER CAR RAPPELONS QUE POUR L'INSTANT DANS CET ENDROIT DU MONDE ON EST EN HIVER.

EN CE MOMENT LE VITICULTEURS LOCAUX SONT EN PLEIN CHANTIER DE TAILLE.EN CAVE LES VINS SONT EN FUT. LENTEMENT LES CAVES VONT COMMENCER A SE RECHAUFER POUR ARRIVER AU PRIMPTEMPS.



21 juillet 2006

INTERACTIONS ENTRE COMPOSES D’AROME DU VIN ET BOIS


Lors de l’élevage en fût, le vin est le siège de multiples modifications physico-chimiques favorables sur le plan organoleptique et dont les principales causes connues aujourd’hui sont la diffusion de l’oxygène à travers le bois et la migration de constituants volatils et non volatils du bois vers le vin.

D’autres interactions peuvent aussi exister entre le bois et le vin comme des phénomènes de
sorption des constituants volatils du vin. En effet, selon l’organisation du complexe ligno-cellulaire, la surface du bois peut présenter des zones plutôt hydrophiles ou, au contraire, plutôt hydrophobes susceptibles d’interagir avec les composés d’arôme peu solubles dans le vin.
Dans le cadre de la thèse de Doctorat de Gabriéla Ramirez Ramirez, une étude de ces interactions a été menée à l’Institut Jules Guyot avec la collaboration du laboratoire de biochimie alimentaire de l’ENESAD et le laboratoire GPAB de l’ENSBANA. Cette étude a été conduite sur des systèmes simplifiés représentatifs du vin en conditions d’élevage en fût de chêne en présence de huit substances odorantes représentatives des composantes variétales et fermentaires de l’arôme du vin : l’acétate d’isoamyle, l’éthyl hexanoate, l’éthyl octanoate, l’éthyl décanoate, le linalol, le 2-phényl éthanol, le benzaldehyde et la b-ionone.

Pour la plupart des substances odorantes étudiées, un comportement de sorption par le bois de chênea été observé lors de la conservation pendant 60 jours d’un vin modèle aromatisé au contact du boisavec un rapport surface de bois/volume de solution proche de celui d’un fût bourguignon.
Dans cesconditions, l’éthyle octanoate et le linalol se distinguent nettement des autres substances par leur importante sorption de l’ordre de 35% et de 50%, respectivement.
Le comportement de sorption observé est fonction de la nature chimique des composés d’arôme, par contre, il n’est pas relié à des paramètres de solubilité et d’hydrophobicité contrairement à ce qui est observé dans les phénomènes d’interactions entre les substances d’arôme et les matrices alimentaires. Cette étude a aussi montré que le taux de fixation des composés d’arôme par le bois de chêne est proportionnel au rapport surface de bois/volume de solution modèle et qu’il peut être influencé par des modifications de la composition du milieu et des paramètres physico-chimiques comme la température.

Ces résultats obtenus dans des conditions simplifiées suggèrent que le partage des substances d’arôme entre le bois et le vin est un paramètre supplémentaire à considérer dans l’évolution aromatique d’un vin élevé en fût.
David Chassagne et Gabriéla Ramirez Ramirez
Institut Jules Guyot - Université de Bourgogne
 Posted by Picasa

05 juillet 2006

Les mystères du Chardonnay

Exposé sur le Chardonnay par Vincent Leflaive le 19 Octobre 1992

Un bien beau titre pour un exposé sur le vin. Mais je ne suis pas Sherlock Holmes pour résoudre complètement cette énigme due à la fois au mystères de la nature et aux qualités du vigneron. Je vais essayer simplement en quelques mots de vous indiquer trois repères caractérisant ce cépage et le vin qu'il produit. La bourgogne comprend quatre départements : la Côte d'Or, la Saône et Loire, Yonne et le Rhône.

Nous ne parlerons que de la Côte d'Or où le Chardonnay est le cépage unique des grands vins blancs.

3 facteurs sont essentiels pour en assurer la typicité : •leterroir •le cépage • le savoir faire du vigneron.

Le terroir
C'est un espace géographique limité sur les plans cadastraux et définissant une appellation d'origine contrôlée, villages, 1ers crus, grands crus, suivant la loi sur les AOC de juillet 1935. De formation géologique ancienne puisque remontant à l'époque secondaire du jurassique, les géologues caractérisent les sols de noms ésotériques tels que : terrain oxfordien pour le Corton Charlemagne, bathonien pour le Montrachet, argovien pour le Meursault. Retenons plus simplement que les analyses de sols des différents terroirs, sol argilo calcaire dans son ensemble, sont différents en pourcentage d'argile et de calcaire et comportent en plus des oligo- éléments tels que traces de fer, de magnésium, de bore qui assurent au cépage une alimentation différenciée des racines.
Un exemple : une analyse du terroir Montrachet a révélé la présence de manganèse alors que cet élément n'est pas présent, ni au Chevalier Montrachet situé au dessus, ni au Bâtard Montrachet situé en dessous. Un autre exemple : si on prend la même ligne de niveau allant de Meursault à Chassagne, on trouve les appellations AOC suivantes : Genevrières, Charmes, Perrières, La Mouchère, Clavoillon, Pucelles, Bâtard Montrachet, Ruchottes, et les vins produits ont tous au goût une typicité différente.

Signalons enfin que le village de Puligny Montrachet est situé sur l'eau (Puligny ayant la même origine étymologique que pouille ) et cette nappe phréatique a certainement une importance dans la façon dont elle se répand en sous sol pour les différentes appellations AOC de Puligny.

Le cépage
Un cépage unique le Chardonnay, constitué de deux parties : le porte greffe et le greffon. Le porte greffe est issu de vigne américaine se trouvant dans des plantations spécialisées dans le Var, Vaucluse, Ardèche. Ce porte greffe a une nombreuse famille obtenue par sélection au fil des années.
En Côte d'Or, le plus utilisé est le 161-49, également le 5 BB, un peu le 3309 et bientôt Riparia Gloire de Montpellier. Les greffons sont répertoriés avant vendange sur les ceps d'excellente santé et sont à l'automne ramassés par l'A.T.V.B. pour remettre aux pépiniéristes spécialisés d'effectuer la liaison, porte greffe/greffon.

La greffe proprement dite, sera livrée aux vignerons pour plantations généralement en février-mars. D'autre part, il est apparu il y a plus de 40 ans une maladie de dégénérescence due à un virus appelé : court-noué. Pour lutter contre cette maladie, Monsieur Raymond Bernard, Agronome et Directeur de l'ONIVIN, a mis en place une sélection clonale et celle-ci est maintenant largement utilisée pour les replantations de vigne. L'absence de maladie "court-noué" n'est pas absolument exclue et actuellement sont en cours d'autres méthodes de production de greffes, telles que les greffes en vert produites en serres climatisées et sous lumière ultra violette. Ces greffes ne sont pas encore à la disposition des vignerons, mais elles donneront une garantie à 100% contre le court-noué et l'Eutypiose. Signalons enfin, la production de greffe in-vitro en court de réalisation.

Le savoir-faire du vigneron
Celui-ci a une double tâche : être viticulteur c'est à dire, s'occuper de la vigne, être vinificateur, c'est à dire, s'occuper du vin. S'occuper de la vigne est une tâche nécessitant habilité et bon sens.• Opération de taille de manière à maîtriser la production • Effectuer les traitements pour lutter contre les maladies telles que Mildiou, Oidium ou les insectes ravageurs, tels que araignées rouges etc ... Egalement cultiver le sol en y mettant des engrais nécessaires.

Ces techniques ont évolué depuis quelques années, car il est apparu qu'en utilisant herbicides, fongicides, insecticides, pesticides, on détériorait la qualité du sol et du cep, donc du raisin. Depuis quelques années, un retour en arrière est effectué par des cultures biologiques (ex. Suppression des engrais de synthèse chimique et leur remplacement par des produits organiques tel que compost) et plus récemment encore, culture bio-dynamie qui allie à la fois la culture biologique des sols avec les influences cosmiques. L'homme n'est il pas une poussière d'étoiles, comme l'a écrit l'Astro Physicien Hubert Reeves.

Au domaine, nous appliquons les techniques de la bio-dynamie sur une surface de 5 ha. Vinificateur : Après la récolte, dont il faut bien choisir la date des vendanges, il convient d'élever le vin c'est à dire, d'assurer les meilleures conditions de fermentation alcoolique et malo-lactique. Suivent les opérations de soutirage, de collage, de filtration et de mises en bouteilles. Pour nous, deux principes sont impératifs : laisser faire la nature et une propreté clinique pour les appareils vineux servant au stockage et au transport du vin. Pendant toute la période de fermentation au domaine, le vin est stocké en fûts de chêne, partie fûts neufs, partie fûts de 3 à 4 ans. Une fois les fermentations finies, le vin est stocké en cuves inox pour les opérations de collage, filtration et mises en bouteilles. Nos mises en bouteilles ont lieu 18 mois après vendange.En conclusion de cet exposé succinct, retenir que la typicité d'un vin Chardonnay dépend :• Du terroir• Du cépage • De l'habilité du vigneron




Posted by Picasa

26 juin 2006

Comprendre pour mieux se déployer



La clé du succès est le développement. Depuis mon arrivée en France je n'ai jamais quitté l'idée du développement durable. Ca ne sert à rien de faire le meilleur vin du monde si vous 'arrivez pas à le valoriser. Cela rentre dans la vision du développement.
Mon travail consiste aujourd'hui en activer et accélérer le processus de développement et de valorisation dans les sociétés pour lesquelles je travaille. Parfois le développement passe par les performances techniques, ou logistiques et parfois il est questions du bon sens relationnel ou de la négociation commerciale.

Exemple de la TONNELLERIE ROUSSEAU

Actuellement au sein de la tonnellerie Rousseau nous travaillons ensembles pour mieux développer les produits (les fûts, barriques demi-muids, foudres et cuves). Mieux comprendre les besoins des utilisateurs et vinificateurs, suivant les tendances sur le marché et en faisant le trait d'union entre la production et la commercialisation. Visualiser les besoins est uns de point clés mais savoir y répondre est de la réussite.

Actuellement nous étudions le développement aromatique des différents types de vins. Nous essayons d’identifier et de caractériser les étapes critiques de la vinification et les produits qui peuvent mieux répondre aux besoins.
Jusqu’à présent l'étude de la perception gustative du caractère boisé dans le temps montre une augmentation constante du "goût boisé" jusqu'à un palier, étape parfois peu agréable où le vin se retrouve masqué par le boisé et peut même développer des "goûts de planche". Au-delà de ce seuil, la sensation de "bois brut" diminue, le vin assimile les tanins du bois pour atteindre cette harmonie caractéristique des élevages bien maîtrisés. Pour l'élaborateur, proposer à la dégustation un produit dans sa phase ascendante est un délicat pari sur la réaction de son client. Mais pour le gestionnaire, attendre que le vin ait retrouvé son équilibre est un pari financier non moins délicat.

Pour cela nous avons conçu un fût issu d'une double chauffe ou cuisson de l'intérieur. Ce fût est issu d'une sélection de chênes français, choisis pour la finesse de leur grain et la légèreté de leur potentiel aromatique.

La fabrication de Piano® met donc l'accent sur la douceur. Une méthode de double cuisson, propre à la Tonnellerie Rousseau, permet d'optimiser les extractions aromatiques pendant les fermentations, tout en neutralisant les molécules indésirables.
Piano® apporte au vinificateur une solution technique à des contraintes de logistique, et au consommateur une nouvelle expression du boisé qui met en valeur le caractère fruité et la fraîcheur des vins tout en respectant la typicité de l'appellation.

Pour en savoir plus:

Leonardo BORSI
Oenologue - Master Commerce International Vins & Spiritueux

Départerment Business Développement TONNELLERIE ROUSSEAU en Bourgogne

T: +33 676 755 301 T: +33 622 416 216

E-MAIL: leonardo.borsi@wanadoo.fr WEB: http://wine-expert.blogspot.com/

Influence de l'orgine du chêne sur la composition aromatique des vins rouges.

Martínez García, J. (1); Barua González, M. (1) y Gutiérrez Viguera, A.R. (2)


L‘élevage en fût est une pratique traditionnelle. Une expansion considérable a été remarqué, ces dernières années, sur l’ensemble de zones viticoles. Jusqu’à il y a quelque temps le chêne américain était le plus utilisé mais la tendance actuelle est l’introduction de barriques de chêne français par ces caractéristiques positives sur les vins.
Le travail porte ici sur l’évolution aromatique d’un vin rouge issu du cépage Tempranillo élevé en fûts de chêne d’origines diverses: Q. Alba (américain) et Q. petraea (français) originaire des forets d’Allier et Nevers.
Au cours de l’élevage le vin s’est enrichi en composé du bois. Les principaux paramètres qui ont permis la distinction ont été les Whisky-Lactones (isomères cis et trans), et l’eugenol.
La comparaison analytiques de vins à montré que le chêne américain (Q. alba) a apporté des concentrations significativement supérieures en WL et Eugenol et le chêne français a cédé plus d’aldéhydes furaniques et phénoliques. (Ces dernières étant non significatives compte tenu de la grande variabilité inter barrique).
La relation cis/trans de WL (significativement différente entre les fûts français et américains) , pourrait être considéré comme un indicateur permettant d’identifier l’espèce constitutive de la barrique dans laquelle s’est effectué l’élevage.

(1) Sección de Viticultura y Enología. Servicio de Investigación y Desarrollo Tecnológico de La Rioja (CIDA). Ctra. Mendavia-Logroño NA-134, km. 88. 26071 Logroño. E-mail: enologia.cida@larioja.org (2) Departamento de Agricultura y Alimentación. Universidad de La Rioja. Logroño.

Plus d'information : http://www.enologo.com/

Nicolas BOUDIER, futur viticulteur jurassien



Nicolas a effectué ses études en Bourgogne. Après des grandes aventures passées dans le sud de la France il est à nouveau dans son Jura natal prêt à montrer que le vin du Jura existe!
Mon ami jurassien est bien parti pour monter son domaine.
Son rêve: faire son propre vin.
Sa politique: travailler en harmonie avec l'environnement et si possible et biodynamique.
Nicolas a fait ses études supérieures en Bourgogne et une grande expérience dans sud (Rivesaltes) et dans le Jura.

Chez nous les vins sont plutôt légers et équilibrés. Les rouges bien souvent avec des tonalités rougeâtres et les blancs avec leur typicité jurassienne.

...Je voudrais vinifier mes rouges en cuves en bois de chêne français.
Puis le vin passera en fût, du moins une partie. Pour l'instant je travaille mes vignes, je fais tout pour obtenir une matière première de top qualité. Une vinification adaptée comme je l'ai appris me permettra d’exprimer tout ce que mon terroir a à vous dire.

Nicolas se prépare depuis des années pour cela. Nous goûterons son élixir dès sa sortie !!!

Arrivé de la Cordillère des Andes !

[Patrick Lebas Journal du Palais 30 mai 05]

"Parti de la cordillère, ma région natale, à l'âge de 18 ans il est tombé amoureux de la Bourgogne. Avant de repartir au pays, il se sens redevable de sept années passées dans la région pour approfondir ses connaissances sur la vigne et le vin."

L'accent ne trompe pas. Cet Argentin, qui cumule les diplômes, a quitté sa cordillère avec son sac à dos à l'âge de 18 ans pour découvrir la culture bourguignonne, celle des grands crus qui le font rêver. Adieu Mendozaoù sont produit 80% des vins de son pays: il pose d'abord ses valises à Beaune, dans le cadre d'un échange avec le lycée viticole.

Aujourd'hui à 27 ans, sont accent n'est plus là et son son Français impéccable mais il garde son coeur de gaucho aventurier! Il faut dire qu'en sept ans Léonardo Borsi n'a pas chomé. Après deux mois passés au lycée viticole, en 1997, il decide de révenir dans l'établissement afin d'approfondir ses connaissances dans le domaine viticole. Il s'engage dans un BTS en viti-oenologie. "Mon francais n'étais pas très bon... Il a fallu d'adapter àl'ensegnement et aux bourguignons".

Sa demarche: appréhender les réalités
Finalement, Léonardo Borsi franchit l'obstacle du BTS, ce qui me convainc de poursuivre dans ma demarche, explique l'Argentin.

Sa demarche: suivre un enseignement complet afin de mieux appréhender la vigne, depuis le cépage jusqu'à la mise en bouteilles.


La prochaine étape l'envoie dans les bancs de l'Université de Dijon, en Licence des Sciences de la Vigne. Son CV est déjà impressionant. Qu'importe, il enchaîne avec le Diplôme National d'Oenologue. "J'avais compris le mécanisme des plus grands vins mais il me restait une étape à franchir: comment les vendre".

Ma rencontre avec Joëlle Brouard, directeur du Mastère spécialisé en commerce international des vins et spiritueux de l'Ecole de Commerce va me permettre de franchir ce dernier pallier.
L'expérience ESC
J'ai tenté l'expérience de l'ESC de Dijon, je ne regrette rien! car cela m'a permis d'explorer d'autres domaines de compétences et de repousser mes limites.

J'ai fini avec mes 7 ans d'études. Je souhaite paser maintenant de l'autre coté. Mais pas en rentrant au pays. Je souhaite rester dans le pays qui m'a formé: La France.

Travailler dans un domaine en Bourgogne? Pourquoi pas mais pas pour l'instant. Pour l'heure je me consacre au domaine du commerce internacional et au conseil viti-vinicole.

Vous pouvez faire le meilleur vins du monde!!! si vous n'arrivez pas à le vendre!!!!

Gaucho Homme de la Pampa !!!


Le mot Gaucho a été employé dans les régions du “Plata” : Argentine, Uruguay et Brésil pour designer l’homme sur le cheval dans les pleines de la Pampa et s’occupant du bétail.
Son étymologie n’est pas très claire. Une des raisons, la plus populaire, est de dire que le mot Gaucho dérive de « guahu-che » que signifie homme qui chante triste dans la langue des Araucanos (aborigènes)


Le Gaucho est le fruit du « mélange » entre l’espagnol et le natif d’Amérique du sud et qui commencera à forger sa personnalité dans les vacheries. C’est ici qu’il va apprendre à travailler avec le bétail et le cuir. C’est là qu’il va apprendre à vivre sur son meilleur compagnon, le cheval « el PINGO », et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il n’aime pas l’agriculture qui l’oblige à être de bout et abandonner son cheval.
Sa valeur l’a converti en pilier de l’émancipation sud-américaine pacifiste en temps de paix et guerrier en temps de guerre.

L’extension des pleines Pampeanas a finit par modeler son comportement. Indépendant, vie simple et solitaire. Cette solitude va lui amener des soucis parfois. Marginé pendant des années aujourd’hui le mot Gaucho est synonyme d’une vie de noblesse et rectitude, de cœur.

La china a été le nom que le Gaucho a donné a sa femme bien aimé. Elle s’occupait principalement de cultiver le maïs, les pastèques et les oignons. Elle faisait du pain au four et utilisai le mortero pour broyer le maïs et le blé.
Elevais les enfant et tissait les ponchos de son compagnon el Gaucho.Habillée avec une chemise en coton, des grands chales une grande robe.

Comme les hommes les Chinas aiment fumer et monter à cheval.

L'Argentine et les vins du sud






Paru dans L'Argentine en Bourgogne" Présentation à l'ESC Dijon 2004 et 2005
Article de Nicolas Massaccesi et Leo Borsi

L'Argentine est un pays de l'extrémité sud du continent américain, c'est le second en extension après le Brésil et son territoire continental est situe entre les 21° 46' et les 52° 23' de latitude sud.

La région principale de cultures vitivinicoles se trouve dans la région de Cuyo, constituée par les provinces de Mendoza et de San Juan, localisée approximativement entre les 31° et les 37° de latitude sud et au versant oriental de la Cordillère des Andes a une altitude qui varie entre les 650 et 1200 mètres sur le niveau de la mer, son climat est semi désertique et toutes les cultures sont irrigues avec un arrosage artificiel.


Les grandes différences thermiques entre la nuit et le jour, la présence des froids hivernaux forts, la neige de la Cordillère qui fournit l'eau cristalline pour l'arrosage, le soleil brillant de l'été, font de Mendoza une région privilégiée et une des meilleures du monde. Pas en vain plusieurs de ces régions précieuses ne possèdent des climats "modérément froids", comme Bordeaux et la Napa Valley.

Nous savons que toutes les simplifications sont odieuses, en plus d'être préjudiciables. Dans le cas des vins c'est très injuste parce que dans le nord on produit des vins excellents, sans doute, chers et pas chers, mais aussi des mauvais, chers et bons marchés ; de même que dans le sud, dans l'est ou dans l'ouest. On ignore aussi que les vins ne sont pas, en fait comparables, puisqu'ils varient de microclimat en microclimat, de l'affirmation de "Appellation d'Origine", comme celle de vendange en vendange.

Le climat, le sol, le terroir, sans compter les modalités possibles d'élaboration, détermine qu'un vin possède des caractéristiques différentielles, une propre personnalité, plus ou moins définie. Nous répétons: il y a de bons et de mauvais vins dans tous le monde.

23 juin 2006

Barcelona Wine Festival (BWF)

Le BWF est organisé chaque année par l’école du vin ou plutôt The Wine Academy d’Espagne. Cette entité est à la tête d’une série de manifestations au niveau espagnol (voyages organisé dans différentes régions viticoles du monde, formations internationales sur la dégustation ou sur la vinification....).

Le directeur est l’un de seuls candidats au grand titre de Master of Wine, diplôme avec l’aval de WSET (Wine Spirits Education Trust).
Les diplômés de cette formation (à caractère mondiale mais qui à l’origine anglaise) sont très reconnus dans le monde du vin et surtout dans les nouvelles tendances du vins.

Pour devenir Master of Wine de la WSET il faut avant passer 5 niveaux d’examens. A titre d’information j’ai validé le 3ème niveau l’année dernière à l’Ecole de Commerce de Dijon.


Aujourd’hui la tendance des œnologues qui travaillent dans les domaines plus reconnus en Espagne sont en train de chercher des tonnelleries bourguignonnes. Je pense que la prochaine étape sera les élevages en masse.

Resvératrol, la Molécule Bienfaisante

Resvératrol, la Molécule Bienfaisante
Le resvératrol, un atout de plus pour le bourgogne. Dernièrement, au CITVB, Roger Bessis, professeur à l'institut de la vigne et du vin et Denis Blache, directeur de recherche a l'INSERM, sont venus à la rencontre des viticulteurs pour leur parler du resvératrol. Le resvératrol est une molécule produite par la vigne et en particulier le pinot noir lorsque celle-ci a besoin de se défendre contre les attaques de la pourriture grise (botrytis). L'intérêt de ce processus naturel est d'autant plus grand que des recherches ont démontré les bienfaits du resvératrol sur la santé humaine, notamment dans la lutte contre les maladies cardio-vasculaires. La production d'une protection naturelle. Roger Bessis a commencé son exposé en expliquant que la recherche, dans de nombreux domaines, s'oriente vers les défenses naturelles. L'ère de l'emploi intensif de pesticide semble révolue d'autant plus que certains marchés, comme les USA, n'acceptent pas la moindre particule résiduelle de pesticide dans le vin. "En tant que service public, l'institut de la vigne et du vin a fait le choix philosophique de travailler dans ce sens. En 1988, nous avions eu l'idée d'aller voir s'il y avait quelque chose à faire pour aider la vigne en stimulant ses défenses naturelles. Nous avons fait de nombreuses observations sur le terrain pour découvrir, par exemple, que cette molécule apparaissait massivement et rapidement après les attaques de botrytis. Vingt-quatre heures après l'émission des messages de l'attaque, on trouve dans les cellules du raisin 200 mg par kilo de ce polyphénol stilbénique, le resvératrol, explique le professeur. "Nous avons également synthétisé la molécule en laboratoire pour pouvoir la reproduire et l'étudier. Nous étions les seuls au monde à l'avoir, c'est pourquoi nous avons encore une longueur d'avance sur cette recherche. Aujourd'hui, à travers le monde, les travaux sur le resvératrol explosent et des centaines de publications scientifiques ont vu le jour. La molécule est même maintenant dans le commerce poursuit Roger Bessis. "Jusque là, nous avions fait oeuvre de biologistes fondamentalistes, il n'était question ni du Pinot noir, ni de terroir." Le resvératrol dépendant du terroir: Notre retour vers les applications a amené deux constatations scientifiques : Tous les cépages produisent du resvératrol mais en quantité variable. Le pinot noir est celui qui en produit le plus, mais on peut citer aussi le cabernet sauvignon et le mouvèdre. Nous avons observé que l'apparition de cette molécule fongicide naturelle, le resvératrol, était dépendante du terroir, puisqu'elle a besoin de conditions particulières et précises pour être fabriquée par la vigne. Le terroir bourguignon est naturellement propice à sa production à cause des (ou grâce aux) conditions météo de la période précédant les vendanges et à sa situation septentrionale. "Nous nous sommes également rendu compte que le resvératrol est présent seulement dans la peau du raisin, ce qui explique que c'est lors de la macération qu'il passe dans le vin et qu'il soit quasiment absent dans les blancs " met en exergue Roger Bessis avant de laisser la parole à Denis Blache au sujet de l'autre intérêt majeur du resvératrol, "son effet remarquable sur la santé humaine."Denis Blache et Roger Bessis au CITVB.
Le resvératrol et la santé humaine: Ces dernières années, de nombreuses études sérieuses ont porté sur la consommation d'alcool et surtout son excès. Toutes ont démontré que si l'abus d'alcool augmente sensiblement les risques par rapport à des sujets totalement abstinents, une consommation modérée entraîne, par rapport à ces derniers, une diminution sensible de la mortalité aussi bien par cancers que par maladies cardiovasculaires. Il a été démontré aussi que pour une quantité d'alcool similaire absorbée sur une semaine, une consommation étalée a un effet protecteur alors qu'une consommation sur un jour ou deux, comme dans les pays nordiques, n'apporte pas de protection. En plus des habitudes culturelles, la nature des boissons joue un rôle important. Le vin consommé régulièrement pourrait expliquer pourquoi en France, malgré une concentration en cholestérol sanguin comparable à celui d'autres pays, l'espérance de vie est supérieure et le nombre de décès par maladies coronariennes, inférieur. En approfondissant ses études, il a bien fallu constater que les propriétés bénéfiques du resvératrol étaient mises en évidence. D'autres études en cours, en France et à l'étranger, tentent de démontrer que le resvératrol est également un élément protecteur vis-à-vis des cancers. Question de viticulteur: A l'issue des exposés, les viticulteurs ont pu poser des questions. La première porta sur les risques pour la Bourgogne de voir le resvératrol utilisé librement puisque qu'il est accessible dans le commerce. Le professeur Bessis a répondu qu'il s'agissait de molécule de synthèse et que les consommateurs exigent des produits naturels. Dans ce domaine, les vins de Bourgogne sont de loin ceux dont la teneur en resvératrol est la plus grande. Le bourgogne bon pour la santé, est ce encore à démontrer ?
Olivier SOUVERBIE Article apparu dans le Bien Public

Chêne et Vin : l'association santé


[ Bourgogne Aujourd'hui n°56 ]

La nouvelle a de quoi réjouir les tonneliers : le fût pourrait avoir une influence positive dans les effets anticancéreux du vin. C'est ce que met en évidence une étude menée par Stéphane Quideau et son équipe de l'Institut Européen de Chimie et Biologie de Bordeaux. Les scientifiques ont retrouvé dans le vin un polyphénol appelé "acutissimin A" présent dans le bois de chêne. Il est très probable qu'il soit transmis au vin lors de l'élevage sous-bois. Des études ont montré que l'acutissimin A inhibe la croissance des cellules cancéreuses. In vitro, il serait 250 fois plus actif qu'un médicament utilisé, l'étoposide VP16. On sait qu'une autre molécule propre au raisin, le resvératrol, a également des effets inhibants sur les cellules cancéreuses. Des études sont menées à l'université de Bourgogne par l'équipe de Norbert Latruffe.

Le vins aurait un effet antibacterien!


Selon une étude américaine
Ne pas boire peut nuire à votre santé
Ne pas boire de vin au cours des repas peut nuire gravement à la santé. Une équipe de scientifiques américains a en effet mis en évidence l'intérêt du vin pour combattre dans l'estomac les redoutables bactéries que sont les salmonnelles. Pour cela, nos chercheurs ont créé un estomac artificiel modèle, l'ont rempli de nourriture et de suc gastrique synthétique, de salmonelles (salmonella typhimurium) et selon les cas de jus de raisin ou de vin (en l'occurence du chardonnay et du pinot noir). Résultat : les petites bêtes étaient indétectables après 120 minutes dans l'estomac aviné, alors qu'elles survivaient dans l'estomac contenant du jus de raisin. Cet effet antibactérien serait d'autant plus marqué que le vin est acide, car la fraction non volatile du vin (contenant des acides) est plus efficace que la fraction volatile (contenant des alcools). Par contre la même expérience réalisée avec des bactéries Escherichia coli a été moins concluante.
Cette chronique est réalisée avec le concours de Vinidea, site internet d'information sur la recherche viti-vinicole internationale : www.vinidea.net
Information publié aussi chez www.domainedemontmain.fr